Accueil » Actualités » Législation » Conduite et CBD : quels sont les risques encourus ?

Conduite et CBD : quels sont les risques encourus ?

conduite-cbd

La consommation de CBD est-elle adaptée à la conduite ? La question a le mérite d’être posée.

Peut-on prendre le volant après avoir consommé du CBD ? Cette question, de nombreuses personnes se la pose. Toutefois, il est plutôt difficile d’y répondre. En effet, si le cannabidiol est autorisé à la consommation, ses effets relaxants ne sont pas forcément adaptés à la conduite. La situation peut même devenir dramatique en cas de présence de THC dans votre organisme. Dans cet article, nous allons donc étudier le volet « social » de la consommation de cannabidiol et en définir l’impact sur notre conduite. 

Le CBD et la conduite :

Rappel des effets du CBD

Le CBD est une molécule que nous pouvons retrouver, dans le plant de chanvre ou de cannabis. Non psychoactive, elle est autorisée à la consommation ainsi qu’à la production. Ses effets anti-inflammatoires et déstressants intéressent beaucoup le milieu médical ainsi que le monde du sport. En agissant sur notre système endocannabinoïde, le CBD favorise la lutte contre le stress, les douleurs chroniques et le manque de sommeil.

Attention toutefois. En effet, le cannabidiol reste une molécule dont la consommation est encadrée. Les produits finis doivent contenir moins de 0.2% de tétrahydrocannabinol (THC). Si la teneur en THC de ces mêmes produits évolue et dépasse ce seuil, ces derniers seront automatiquement considérés comme des stupéfiants. Enfin, il convient de parfaitement gérer sa consommation et d’opter pour les bons dosages. En cas de surconsommation de CBD, certaines effets secondaires (diarrhées, nausées, migraines) peuvent se déclarer. 

Ces diverses actions doivent être parfaitement prises en compte et assimilée. En agissant sur notre organisme, le CBD peut influencer certaines facette de notre quotidien, à commencer par la conduite.

Ce que nous dit la loi au sujet des cannabinoïdes

la situation sociale actuelle

En France, chaque années, près de 3500 personnes décèdent sur les routes. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, entre 23 et 25% de ces accidents mortels sont liés à la consommation de stupéfiant, soit 790 personnes environ. La présence de THC est donc sévèrement punie puisqu’elle peut avoir de graves conséquences. Le développement des prélèvements salivaires a d’ailleurs pour objectif de lutter contre l’insécurité routière. Toutefois, à ce jour, en France, la loi n’interdit pas de prendre le volant après avoir consommé du CBD. 

CBD, THC et risques de prendre le volant

Bien entendu, cela ne veut pas dire que la porte est ouverte à la conduite après consommation de CBD. En effet, il convient de se souvenir que si le CBD est légal, le THC lui, ne l’est absolument pas. Ainsi, en cas de contrôle, une personne ayant consommé un produit à base de CBD peut très bien présenter des traces de THC.

Prenons l’exemple d’un test salivaire :

Une personne a consommé de l’huile de CBD, en total respect des lois. Cette huile présente donc un taux de THC, inférieur à 0.2%. Une fois au volant, l’individu se fait interpeller. Un test salivaire est alors effectué par les autorités.

Ce test salivaire va avoir pour objectif de déterminer la présence de THCa, l’acide du THC. C’est cet acide qui rend un test positif ou non. Le THCa reste dans la salive, jusque six heures après consommation. Les autres formes de tests (urinaires, capillaires) permettent de détecter la moindre trace de THC dans votre organisme, sur des laps de temps plus élevés. 

La situation peut devenir plus difficile à gérer, dans le cadre d’un accident mortel. Depuis 2003 et l’adoption de la loi Marilou, nommée ainsi en hommage à une fillette renversée par un chauffard roulant sous THC, une limite pénale de THC dans le sang a été définie. Celle-ci s’établie à 1ng/mg, soit 0.000’000’001g par millilitre de sang. 

En dépassant ce stade, la personne concernée commet un délit et est passible d’une peine allant jusqu’à deux ans de prison. En cas de contrôle positif, vous engagez donc votre responsabilité. Votre véhicule peut être saisi et vous risquez de perdre votre permis. Dans les situation les plus graves, une peine de prison peut-être prononcée par la justice.

Le CBD est-il adapté à la conduite ?

En agissant sur notre système endocannabinoïde et, plus particulièrement les récepteurs CB1 et CB2, le CBD va avoir un impact sur notre concentration. Relaxant, déstressant, le cannabidiol est une molécule aux actions anxiolytiques et relaxantes provoquant de légères somnolences. De fait, il semblerait que sa consommation, dans le cadre de la conduire, ne soit pas des plus appropriées. Prendre le volant demande une concentration extrême, de tous les instants. En agissant sur nos sens et nos réactions, le CBD peut donc être contre-nature et pourrait, porter préjudice au conducteur/conductrice, ainsi qu’aux passagers et aux autres usagers de la route.

Résultat, il est conseillé de consommer du CBD dans un cadre hautement sécurisé et non pas quelques instants avant de prendre la voiture. Privilégiez une consommation à domicile plus qu’une consommation avant de prendre le volant. En agissant de la sorte, vous vous assurez d’être dans le respect des lois, puisqu’aucune trace de THC ne sera découverte dans votre organisme. En outre, vous vous assurez de rester éveillé et prêt à réagir, le temps que le trajet durera. 

Conclusion

En France, si la consommation de CBD n’est pas interdite dans le cadre de la conduite, celle-ci reste néanmoins peu recommandée. En effet, de par ses actions relaxantes, le cannabidiol va avoir tendance à jouer sur nos sens et notre capacité de réaction. La conduite elle, réclame une parfaite capacité de concentration. En consommant du CBD avant de prendre le volant, vous prenez le risque de mettre votre vie, celle vos passagers et des autres usagers de la route, en danger. Dans le cas ou un drame surviendrait, votre responsabilité pénale pourrait être engagée, au regard de la loi Marilou, votée en 2003, qui se veut intransigeante sur la consommation de THC. C’est pourquoi nous vous invitons à privilégier une consommation responsable. N’allez pas mettre la vie de plusieurs personnes en danger. Résultat, nous prônons une consommation directement chez soi, ou après être arrivé.

Étiquettes:

1 commentaire pour “Conduite et CBD : quels sont les risques encourus ?”

  1. Retour de ping : Quels sont les effets secondaires du CBD et que risquons-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *