Accueil » Actualités » Législation » Voyager avec du CBD : peut-on envisager de se rendre n’importe où ?

Voyager avec du CBD : peut-on envisager de se rendre n’importe où ?

voyager-cbd

Est-il possible de voyager avec certains produits, dont de l’huile de CBD ?

La consommation d’huile de CBD a tendance à se généraliser. De plus en plus de pays à travers le monde autorisent les solutions à base de cannabidiol. ne jouant pas sur l’accoutumance, présentant des effets contre les douleurs ou le stress, le CBD présente quelques intérêts. Malgré cela, rien n’indique qu’il est possible de voyager partout, avec son CBD.

Que vous voyagiez dans un autre État d’Europe ou à l’autre bout du monde, ne prenez jamais pour acquis le fait que votre CBD soit légal et autorisé à la consommation dans votre lieu de destination. Certains pays y sont farouchement opposés et en posséder peut vous exposer à de graves poursuites judiciaires. De fait, il est recommandé de parfaitement se renseigner sur les lois en vigueur, vos destinations et les risques encourus.

Voyager avec du CBD, est il possible ?

Voyager à travers l’Europe avec des produits CBD

Les voyageurs dont les produits CBD répondent aux exigences légales de l’UE (rappel  de la législation : taux de THC<0.2 %) devraient avoir peu de difficultés à voyager avec leur CBD dans les les pays suivants:  en France, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse, en République tchèque, en Suède, en Croatie, en Irlande, en Bulgarie, à Chypre, en Grèce, en Pologne, en Slovénie, en Bulgarie, en Hongrie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie ou même en Grande Bretagne, car (au moment de la rédaction de cet article) ces pays n’ont pas de lois concernant les produits CBD ou autorisent les produits respectant les normes européennes afin de passer la douane sans aucun obstacle.

Attention, si vous prévoyez de voyager en Allemagne, au Portugal, en Finlande, en Autriche ou au Danemark,  vous pouvez toujours prévoir de prendre vos produits CBD avec vous, à la condition d’obtenir, avant le départ, une prescription d’un médecin agréé pour l’ensemble de vos produits CBD. Assurez-vous de garder la lettre de prescription sur vous afin de la montrer aux autorités au moment de franchir la douane.

En Slovaquie, le CBD est illégal et est une substance contrôlée. Il n’est pas conseillé d’essayer d’y introduire du CBD.

En ce qui concerne l’huile de CBD, les aéroports autorisent les voyageurs à voler avec des contenants de 100mL, au grand maximum. Optez donc pour une petit flacon !

Pour information, nos huiles de CBD ne dépassent pas les 30mL. Il n’y a donc aucune inquiet à avoir à ce niveau-là.

Ce que dit la loi aux États-Unis

Le Farm Bill de 2018 a légalisé le CBD de chanvre au niveau fédéral, permettant aux gens de voyager à l’intérieur des États-Unis, avec des produits à base de chanvre contenant moins de 0,3% de THC (<0.2% en europe). Attention, le CBD dérivé de la marijuana est toujours illégal au niveau fédéral. Toutefois, si le CBD est légal à la production et consommation, rien n’indique de vous serez en mesure de passer librement et surtout, sans tracas, les frontières avec votre cannabidiol.

Etant donné que tout produit contenant plus de 0,03% de THC est toujours illégal aux Etats-Unis, il est nécessaire que votre produit CBD annonce expressément son contenu en THC sur l’étiquette. Le cas contraire, il pourrait être confisqué et jeté. Les bouteilles d’huile de CBD qui sont déjà ouvertes sont également susceptibles d’être saisies en raison du risque que le contenu ait pu être substitué. Concernant les fleurs de CBD, elles ne sont pas différentiables des fleurs de marijuana, nous déconseillons donc de voyager aux États-Unis, avec.

Attention, la légalité partielle du CBD aux USA ne vous permet pas de tout faire. Certains parcs nationaux ou lieux privés ont leur propre règle que vous devez respecter. Il est donc important de bien se renseigner !

Voyager en Océanie avec du CBD

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont très strictes sur les drogues en général, mais vous pouvez toujours apporter votre CBD si vous respectez les conditions suivantes : en informer les autorités à l’avance et après avoir reçu leur autorisation. Vous devrez fournir une lettre du médecin et une ordonnance pour tous vos produits au CBD expliquant votre nécessité d’en prendre.  Bien entendu, seule une certaine quantité destinée à une consommation personnelle est autorisée sur le territoire. Ne vous amusez pas à le revendre !

Lors de votre voyage dans les pays australes, prendre l’avion impliquera des escales. Méfiez-vous notamment de Singapour où un test positif à la drogue peut entrainer amende et emprisonnement.

Focus sur le continent asiatique

En Chine, la consommation ainsi que la production de cannabis thérapeutique est strictement illégale. En revanche, la consommation de CBD est autorisée à condition de recevoir une autorisation du gouvernement. Cela s’explique par la culture chinoise. En effet, le cannabidiol est l’un des composants principaux de la médecine traditionnelle chinoise. De nombreuses études pré-cliniques et cliniques ont d’ailleurs lieu au sein même de l’Empire du Milieu. En outre, la Chine est le principal producteur de chanvre au monde, juste devant la France.

En Thaïlande, les moeurs sont un peu plus évolués qu’en Chine. Le pays est devenue la première nation asiatique à autorisé la consommation de cannabis médicinal. En revanche, la consommation de cannabis récréatif est toujours prohibé. Une situation qui a poussé la Corée du Sud à emboiter le pas, devenant en 2019, le second pays d’Asie à voter en faveur de la consommation de cannabis thérapeutique. Si la loi encadre toujours la consommation de cannabis, le CBD tend à y gagner en importance et pourrait être amené à se retrouver dans des médicaments génériques.

Enfin, au Japon, le CBD est autorisé ! D’ailleurs, la demande est telle, que la croissance du secteur est de l’ordre de 100%, tous les ans depuis 2016. Toutefois, la consommation de cannabis thérapeutique reste très encadrée. EN posséder peut d’ailleurs valoir jusqu’à cinq années de prison.

Vous l’aurez compris, en Asie, les pays locomotives sont plutôt ouverts en ce qui concerne le CBD. Toutefois, est-il possible de voyager en Asie avec votre propre cannabidiol ? Afin d’éviter le pire, nous vous invitons à vous tourner vers les ambassades respectives. Cela vous permettra de mieux appréhender les démarches à suivre. Dans tous les cas, il apparaît possible de s’ne procurer, sur place.

Nos conseils à suivre pour voyager avec du cbd

Nous comprenons que de nombreuses personnes comptent sur le CBD comme analgésique naturel et ne veulent pas s’en passer pendant leurs vacances.  Certaines personnes choisiront d’envoyer leurs produits CBD par la poste à leur destination avant de s’y rendre, tandis que d’autres tenteront de cacher leur CBD dans leurs bagages. Nous ne recommandons aucune des méthodes ci-dessus à nos clients. Si vous devez impérativement avoir votre CBD pendant la durée de vos voyages, il est toujours préférable de travailler avec les autorités locales en les informant ainsi que d’avoir l’aval de votre médecin pour défendre vos intérêts. Si vous n’avez pas eu d’autorisation avant votre départ, ne prenez pas le risque de poursuites pénales dans un pays étranger loin de chez vous.

Conclusion

Voyager avec du CBD est-il possible ? Malheureusement, il n’y a pas de réponse toute faite. Pour votre sécurité, nous vous invitons à ne pas tenter le diable. Si la consommation de CBD est légale sur place rien n’indique que vous pouvez en ramener. La crise sanitaire liée au covid-19 pourrait pousser certaines nations à renforcer la lutte contre les produits importés.

En revanche, si vous souhaitez vous renseignez, tournez-vous vers l’ambassade de votre pays d’accueil. Les autorités compétentes sauront vous répondre et vous aiguiller. Une fois encore, nous vous conseillons de consommer du CBD dans un cadre sécurisé, directement chez vous. À l’étranger, les moeurs diffèrent et, vous n’êtes pas à la maison ! Résultat, il vous faut vous adapter. N’allez pas froisser les locaux et risquer une amende, l’exclusion ou une peine de prison.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *